Le contexte politique de la 13ème circonscription du Rhône

Philippe Meunier (UMP) est l’actuel député de la 13ème circonscription du Rhône, membre de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, il cumule plusieurs fonctions comme celle de conseiller au conseil régional depuis 2010!

Pour autant, la 13ème circonscription, comme les circonscriptions du Sud-Est lyonnais ne sont pas initialement ancrées à droite. Mais en 2007, après l’élection de M. Nicolas Sarkozy, M. Philippe MEUNIER (UMP) a obtenu 46,20% des suffrages exprimés, Mme Martine DAVID (PS) a totalisé 29,06%, M. Bruno GOLLNISCH (FN) a obtenu 6,95%, et Mme Chantal GENTHON (UDF – Mouvement démocrate) a totalisé 5,37%.

Au contraire, la gauche possède de forts points d’ancrage dans cette partie de la banlieue lyonnaise (6ème circonscription, 7ème, 11ème, et 14ème). En 1993, Martine David, suppléante du ministre Jean Poperen, fut la seule socialiste à survivre à la vague bleue. La perte de Meyzieu par la gauche aux municipales de 2001 n’a pas remis en cause la domination du PS sur la 13ème circonscription. Mais comme à Lyon, le basculement se produit cinq ans plus tard. Victime de l’usure du pouvoir, et du lent glissement à droite des zones péri-urbaines de l’Est lyonnais quand le centre de Lyon se boboïse, Martine David est très nettement battue par Philippe Meunier.

Les clivages sont particulièrement marqués par la géographie dans le département du Rhône. La gauche est globalement quasiment absente à l’Ouest d’une ligne passant par Rillieux-la-Pape et Givors. Pour asseoir son ancrage dans l’Est lyonnais, l’UMP a fait voter une ordonnance qui permet de transférer une partie de la population plutôt socialiste dans la 14ème circonscription. Si cette loi traduit la volonté du gouvernement de changer les règles du jeu institutionnel afin de contourner la réalité électorale, l’autre conséquence est de faire perdre l’unité de cette circonscription en imposant le découpage du canton et de la cinquième commune du département du Rhône qu’est Saint-Priest. Ainsi, cette entité est scindée en deux parties administratives distinctes sans qu’aucune réalité sociologique, historique ou humaine ne puisse le justifier.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Métropole. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le contexte politique de la 13ème circonscription du Rhône

  1. zalfa dit :

    Indeed…and by catching Le Pen’s verots as well! This is exactly what she intends to do by promoting quite traditional left themes in the last days, simultaneously as provoking embarrassment in the intelligentsia with her ‘flag trip’. It is very audacious, and to some degree quite obscene, but well thought in a strategic viewpoint. The national flag and the ‘Internationale’ theme are not that far away in France that it seems. Many comunist party verots (20% til the eighties, now 2 or 3) were lost for the Left from the early 90’s, because of the FN of Le Pen. By promoting the uncertain meet beatween social concerns and the national conscience and pride, she plays an unexpected strategy for the socialist party, quite upsetting for some, but very pragmatic. She does not want to let the national identity themes to the lef and the extreme left, and I think it is « gonfle9 », but quite clever. I mean in a pure political strategy way.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *